Sinadeg / Pétition

change.org

N’omp ket ar re nemeto o stourm! Tro hon eus bet da gejañ en hañv diwezhañ gant dileuridi pobloù Gwiana e Jeneva e Kuzul gwirioù Mab-den. Sinomp asambles ganto.

Nous ne sommes pas les seuls à nous battre pour nos droits !
Nous avons rencontré les délégués des peuples autochtones de Guyane au Comité des droits de l'homme à Genève l'été dernier.
Signons l'appel solidairement.

 

Galv da genlabourat / Appel à contribution

DEOMP DE'I 2013 - Galv da genlabourat/ Appel à contribution

Adperc'hennomp hor yezh / pour la récupération de notre langue

La manifestation Deomp De’i du 31 mars 2012 a été un succès d’autant plus important qu’il amanif été relayé dans de nombreuses régions. Aux 12 000 manifestants de Quimper, il faut rajouter les 48 000 des autres régions, c'est à dire 60 000 au total.

Il est important de prolonger cette dynamique. Par ailleurs la situation politique en France vient de changer. L’élection d’un président de la République favorable aux langues régionales qui dispose d’une majorité parlementaire ouvre des perspectives nouvelles à condition que nous sachions en tirer profit.
Pour cela, Kevre Breizh a voté à l’unanimité le principe de journées de réflexion, intitulées : Deomp De’i 2013.

Les objectifs sont clairs :

1) se réapproprier la langue. Le bilinguisme en soi peut-il être un objectif ?
2) définir une stratégie de reconquête par la société à partir d'une analyse sérieuse des réalités et des moyens,
3) construire un processus sans faire un catalogue ou débattre du contenu d'une loi.
4) construire l’avenir sans prendre une attitude partisane par rapport à ce qui a été fait.

Quelques problématiques globales se dégagent :

1) parler breton aujourd’hui, est-ce la même chose que parler breton voilà trente ans ?
2) "réapproprions-nous notre langue", cette phrase a-t-elle la même signification pour le breton et pour le gallo ?
3) langue et culture bretonne ? Quelles relations ? Quelles luttes communes ?
4) La transmission : comment transmettre l'histoire de la lutte, de la société ?
5) Associer les élus de tous niveaux à nos réflexions : comment ? jusqu’à quel point ? à quel niveau ?
 6) Quels outils avons-nous conçus pour nous réapproprier nos langues ? Quelle est leur pertinence ? Qu’ont-ils apporté et quelles en sont les limites ?


Avant de définir les thèmes exacts de la réflexion, il est essentiel d’établir auparavant un diagnostic. Nous appelons tous ceux qui sont intéressés par l’avenir de leur langue, de faire parvenir leur contribution sous la forme d’un diagnostic de l’existant en la faisant parvenir à Kevre Breizh.


Ces contributions seront par la suite présentées sous forme d’une synthèse et serviront de base à la partie tournée vers l’avenir, qui fera l’objet de débats lors des journées Deomp De’i, selon les critères d’organisation déterminés ci-dessous :

- Transmission des contributions pour le site internet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La synthèse sera présentée et discutée lors des rencontres Deomp de’i :

- Rencontres/débats à Carhaix les 19 et 20 janvier 2013
- Déclaration finale/communication : 9 février 2013.

TOP