Amendement signé par 243 députés : réunification refusée

Kemennadenn / Communiqué - Breizh Unvan - Bretagne Réunie

Ce 11 décembre 2013, l’Assemblée Nationale était saisie du projet de loi sur les métropoles.

A cette occasion des députés bretons ont déposé un amendement pour faire sauter les verrous qui empêchent la réunification de la Bretagne. Il s’agit du véto de la région des Pays de la Loire d’abord, qui est contraire à la Constitution et des obstacles techniques à la tenue d’un référendum ensuite.

Cet amendement a été initié par Messieurs LE FUR (UMP) et MOLAC (EELV), suivis Messieurs BENOIT (UDI), et URVOAS (Parti socialiste). Messieurs MOLAC et BENOIT avaient entraîné avec eux les groupes EELV, UDI et UMP. Au total 243 signatures.

Le Conseil d’Administration de Bretagne Réunie a été en permanence à leurs côtés pour les soutenir et les assister.

Naufrage pour la fin de vie politique de Madame LEBRANCHU

Mais sur les 243 députés bien peu étaient dans l’hémicycle au moment du vote et le gouvernement avait préparé la riposte.

Madame la Ministre LEBRANCHU a émis un avis défavorable au nom du gouvernement.

Curieux retournement d’une ministre qui appelle à voter contre un amendement identique à celui qu’elle avait voté avec énergie quand elle était dans l’opposition.

Amendement rejeté, fusion permise

Le résultat est sans appel : l’amendement qui aurait permis à la Loire-Atlantique de retrouver la Bretagne est rejeté et celui qui permettra de fusionner les régions Bretagne et Pays de Loire sans consulter la population est adopté.

Le gouvernement a ce qu’il voulait, les métropoles et demain le Grand Ouest.

La Bretagne, elle, n’aura rien et la Constitution demeure violée sans honte.

Pourtant tout n’est pas négatif. Après 3 tentatives depuis mars 2013 ce sont cette fois 243 députés qui ont signé pour que la Bretagne et la Loire Atlantique soient seules à décider de leur réunion et beaucoup non signataires lui auraient été favorables sans les pressions d’un Premier Ministre, hostile à la Bretagne.

Par ailleurs un amendement a tout de même été adopté qui permettra à 10% des membres de l’assemblée régionale ou départementale de saisir l’assemblée de la question de la réunification.

La Bretagne et Jean Marc Ayrault

La Bretagne n’a plus rien à attendre de cette mandature tant que Jean Marc AYRAULT est Premier Ministre.

La Bretagne a la Constitution pour elle et continuera à demander qu’elle soit appliquée.

Il y aura prochainement de nouvelles batailles parlementaires. Monsieur URVOAS a déjà annoncé la prochaine pour mars 2014. Nous y serons nous ne laisserons aucun répit au pouvoir et nous gagnerons.

 

Bretagne Réunie BP 49032 44090 Nantes Cedex 1

www.BRETAGNE-REUNIE.org

Nos contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 06 82 67 19 46

TOP