Sinadeg / Pétition

change.org

N’omp ket ar re nemeto o stourm! Tro hon eus bet da gejañ en hañv diwezhañ gant dileuridi pobloù Gwiana e Jeneva e Kuzul gwirioù Mab-den. Sinomp asambles ganto.

Nous ne sommes pas les seuls à nous battre pour nos droits !
Nous avons rencontré les délégués des peuples autochtones de Guyane au Comité des droits de l'homme à Genève l'été dernier.
Signons l'appel solidairement.

 

Kevre Breizh war Twitter

Rejeter la réforme territoriale technocratique, pour une réforme territoriale démocratique

Communiqué du 25 novembre 2014 - Kevre Breizh, à travers tout son réseau associatif, exprime sa consternation, après le vote de la réforme territoriale par l’Assemblée nationale qui a rejeté tous les amendements  allant dans le sens d’une démocratisation du projet gouvernemental. Les quelques dizaines de députés présents ont refusé  la cohérence d’une région Bretagne réunifiée avec ses cinq départements,  la création d’une région Val de Loire clairement identifiée, le maintien d’une région d’Alsace spécifique ouverte sur la Suisse, l’Allemagne et le coeur de l’Europe,  régions pourtant plébiscitées par leurs habitants. Ils se sont soumis au Gouvernement pour verrouiller le “droit d’option” qui aurait permis à un département de choisir sa région d’appartenance sans droit de veto pour sa région d’origine. C’est le refus de la diversité des territoires, du libre choix des habitants, de la construction de projets  politiques par les citoyens eux-mêmes. C’est le retour vers le centralisme qui est la négation de la démocratie qui constitue la base même du vivre ensemble. 
 
Contrairement aux arguments du Gouvernement, la modernité n’est pas dans de grandes régions technocratiques, mais dans des régions qui ont une histoire et dans lesquelles les citoyens peuvent s’identifier, se projeter et construire des dynamiques économiques qui aujourd'hui nous font tant défaut !
 
Le gouvernement s'obstine ainsi à approfondir le fossé qui s'est créé entre les élus et les citoyens. C’est une inconscience dangereuse  dont l'histoire nous a montré les conséquences dramatiques qu'elle peut avoir.
 
Le débat parlementaire n'est pas terminé. Il faut un sursaut démocratique. Le bon sens peut encore se faire entendre.  Certains députés en ont été  les courageux porte-paroles, tandis que d’autres ont préféré fuir leurs responsabilités.
 
Face au désastre qui s’annonce Kevre Breizh en appelle au rejet d’une réforme dangereuse et à la construction d’une République démocratique fondée sur la participation des citoyens et non sur le mépris de leurs identités, de leurs aspirations et de leurs projets. 
TOP