Sinadeg / Pétition

change.org

N’omp ket ar re nemeto o stourm! Tro hon eus bet da gejañ en hañv diwezhañ gant dileuridi pobloù Gwiana e Jeneva e Kuzul gwirioù Mab-den. Sinomp asambles ganto.

Nous ne sommes pas les seuls à nous battre pour nos droits !
Nous avons rencontré les délégués des peuples autochtones de Guyane au Comité des droits de l'homme à Genève l'été dernier.
Signons l'appel solidairement.

 

Motion pour une région administrative Poitou-Charentes-Vendée

Depuis 1968-1969, des associations culturelles de cinq départements adhèrent au projet de l’Union Pour la Culture Populaire en Poitou-Charentes et Vendée (UPCP-Métive) qui « a pour but de défendre et promouvoir la culture poitevine-saintongeaise dans son unité et sa diversité entre Loire et Gironde, notamment en Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime, Charente. »

La Société d’Études Folkloriques du Centre-Ouest (SEFCO) réunit depuis 1961 des adhérents des mêmes départements, principale zone de diffusion de sa revue Aguiaine, après avoir été depuis 1901 celle du journal Le Subiet, auquel collaboraient des Poitevins et des Saintongeais.
En 1990, l’UPCP organise aux Ruralies (Vouillé, 79) un colloque sur l’identité culturelle régionale comme facteur de développement avec la participation du président de la Région Poitou-Charentes, d’élus, d’acteurs économiques et culturels de la région, des Asturies, du Canada…
En 1992, l’UPCP fonde la société Geste éditions qui « a pour objet la promotion de la culture poitevine-saintongeaise à travers l’édition…Elle favorisera partout les échanges et la reconnaissance d’une commune identité entre Loire et Gironde propre à susciter et à entretenir un dynamisme social, économique et culturel. »

Le principal marqueur de la région culturelle et historique de Poitou-Charentes-Vendée est la langue régionale comme l’attestent les pratiques linguistiques et les études scientifiques (Atlas linguistique et ethnographique de l’Ouest publié par le CNRS, nombreuses études universitaires).
Cette région trouve très anciennement son origine dans les peuples gaulois des Pictons et des Santons et dans l’État féodal des comtes-ducs de Poitou et d’Aquitaine. Aux XVIe et XVIIe siècles, par sa longue façade maritime, par le port de La Rochelle, la région est ouverte au monde et aux idées nouvelles. L’émigration vers le Canada a entraîné la constitution de parlers populaires comportant de nombreux traits poitevins-saintongeais, notamment en Acadie.

La reconnaissance de la région historique et culturelle de Poitou-Charentes-Vendée est susceptible de faciliter et d’entretenir les solidarités. Le développement de la langue et de la culture régionales, favorisé par la nouvelle région administrative, implique en même temps la prise en compte des autres apports culturels qui constituent le tissu humain de la région (immigration ancienne ou récente).
La région Poitou-Charentes-Vendée comptera 2 millions 400 mille habitants. Région équilibrée, avec des villes moyennes, sans métropole dominante, avec une population rurale nombreuse, des « usines à la campagne », des activités primaires développées, une importante façade maritime et cinq îles propres au tourisme et aux activités liées à la mer.
L’attachement à la région, la reconnaissance de sa culture sont les conditions nécessaires d’un nouveau dynamisme social et économique au milieu des autres régions de France et d’Europe. Le début du XXIe siècle connaît en même temps de grandes migrations et le réveil d’identités régionales et nationales. L’action et la réflexion de l’UPCP trouvent leur place dans la recherche d’une société ouverte à la diversité des cultures, et à leur reconnaissance institutionnelle, où la mobilité et l’enracinement, l’universel et le particulier sont des valeurs égales et conciliables.

C’est pourquoi l’UPCP, réunie en assemblée générale à Tonnay-Charente le 5 avril 2014, demande que dans les nouveaux découpages des régions administratives soit prise en considération l’existence d’une région culturelle et historique Poitou-Charentes-Vendée,
demande à être associée à une large consultation sur le nouveau découpage régional,
demande que la décision soit prise démocratiquement sous forme de référendums dans les départements concernés.

TOP